Translate

Dernières actus
Chargement...
7 juillet 2015

Imprimer/Print Friendly and PDF VIDÉO. Des individus ont dérobé des explosifs dans un dépôt de munitions de l'armée de terre dans les Bouches-du-Rhône. Interrogé, Valls a botté en touche.
Des explosifs ont été dérobés dans un dépôt de munitions de l’armée de terre à Miramas dans les Bouches-du-Rhône. D'abord révélée par Europe 1, l'information n'a pas été confirmée par le Premier ministre, interviewé ce mardi matin sur RTL. Mais, à la mi-journée, on apprenait qu'une enquête avait été ouverte « pour vol avec effraction commis en bande organisée ».
La nouvelle est inquiétante, car les malfaiteurs se sont emparés d'une importante quantité d'explosifs : « 180 détonateurs, au moins une dizaine de pains de plastic et une quarantaine de grenades » ont été dérobés par des individus dans la nuit de dimanche à lundi, affirmait Europe 1, mardi matin.
Le site de Miramas est un lieu de stockage des munitions nécessaires aux « Opex », les opérations extérieures de la France, explique Europe 1. Qui ajoute qu’il ne s’agit pas d’une caserne entourée de murs, mais d’un vaste site où les bâtiments, éloignés les uns des autres pour des raisons de sécurité, sont protégés par un double grillage et ne sont pas surveillés par des caméras. Les malfaiteurs, visiblement bien renseignés, seraient entrés en cisaillant ce grillage, croit savoir Europe 1. La piste terroriste est bien sûr envisagée, comme celle du grand banditisme. La gendarmerie est chargée de l’enquête.

Valls botte en touche

Interrogé sur RTL, Manuel Valls a expliqué qu’il n’avait aucune information sur le sujet, refusant de confirmer l'information. Malgré la boutade du Premier ministre, qui a tenté l'humour, son embarras était visible : en pleine alerte attentat, un tel vol est une bien mauvaise nouvelle pour l'exécutif.


Armée de terre : Manuel Valls ne confirme pas... par LePoint

Le Front National s'insurge

Le Front national en a profité pour dénoncer le laxisme et la négligence du gouvernement. Florian Philippot a réclamé « en urgence un audit général de la sécurité sur (les) sites militaires et un plan national de sécurisation ». « D'après la presse, il n'y avait même pas de caméra de vidéoprotection sur ce site militaire pourtant sensible. Pis, interrogé ce matin sur RTL, Manuel Valls ne semblait ni au courant ni inquiet... Depuis de très nombreuses années, les gouvernements successifs jouent avec la sécurité des Français », s'est insurgé l'eurodéputé. « Les sites militaires sont particulièrement exposés, leur sécurité doit donc être totale. »

Le Point 

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...