Translate

Dernières actus
Chargement...
24 juillet 2015

Imprimer/Print Friendly and PDF

Le 23 juillet 2015, les médias annoncent bruyamment que le CHU de Reims ne se prononce pas sur le l'arrêt des soins de Vincent Lambert, et pour cause, ce n'est pas le rôle de l'hôpital, quel qu'il soit, de décider qui doit vivre ou mourir surtout sans un consensus préalable incluant la famille.
 "l'équipe médicale et le docteur Daniela Simon, en charge du cas de Vincent Lambert, au CHU de Reims, ont décidé de ne pas stopper l'alimentation de Vincent Lambert."
Ne pas alimenter ou ne pas hydrater un patient, dans ce cas précis, serait considéré comme un signe de maltraitance ; tous les médecins et soignants le savent parfaitement.
"Le patient maintenu en vie", dans le cas contraire, c'est l'équipe médicale qui aurait été mise en cause.

Tout cela n'est que pure communication afin de calmer les "intégristes" qui ont l'outrecuidance de faire montre d'humanité.
 Ce qu'il faut retenir plutôt, c'est qu'au vu du conflit déchirant la famille Lambert dont les arguments des uns et des autres sont audibles et compréhensibles,
"Le docteur Daniela Simon a également indiqué la nécessité de saisir le procureur de la République de Reims pour qu'une demande «aux fins de tutelle» soit faite. Il s'agit, par cette procédure, de désigner qui sera à l'avenir le représentant légal de Vincent Lambert.(...) Personne n'est officiellement chargé de représenter les droits et les intérêts du patient, en état végétatif. Vincent Lambert n'avait en effet désigné aucun tiers ou personne de confiance ni rédigé de directives anticipées pour faire connaître ses volontés. La parole de son épouse Rachel, en faveur de l'arrêt des soins, avait néanmoins été privilégiée dans tous les processus médicaux et judiciaires." Source
Ce sera donc à la justice de désigner une tierce personne qui ne devrait avoir aucun lien avec les parties afin de gérer les échanges et dotée du recul nécessaire à ce genre de situation. Il est à espérer que cette personne ne sera pas proche du gouvernement socialiste favorable à l'euthanasie essayant, par tous les moyens, de la légaliser au motif d'humanité, de liberté de choix avec les dérives que l'on peut imaginer (Lire : Belgique : 24 ans et en «souffrance psychique», elle obtient le droit d'être euthanasiée 02/07/2015)

Quand on fait le tour des forums des journaux nationaux traitant du "cas" Vincent Lambert, on découvre des commentaires de charognards demandant la mise à mort de la "bête" ; essayez de glisser un plaidoyer en faveur du patient (tout en respectant la charte de modération), il ne passera pas, il sera censuré... ou comment faire croire qu'une vindicte populaire est majoritaire...
Les médias ont reçu l'ordre de ne publier que les messages des charognards, tellement haineux et violents qu'ils donnent la nausée. A les lire, on se souvient d'un retour au Moyen-âge lorsqu'une horde de sauvages avait dépouillé des victimes lors de la catastrophe ferroviaire de Brétigny.    
L'idéologie tue sur les forums des journaux en ligne sans vergogne. Effrayant, terrifiant, même...

A forcer les esprits à "s'ouvrir" à l'euthanasie de "sélection", le gouvernement ne fait qu'exacerber les papilles des hyènes à l'odeur du sang. Il fait de l'incitation à la haine des "improductifs" "qui coûtent cher", sans le savoir... ou sciemment..., ces malheureux, qui, une fois disparus, seront remplacés par des immigrés non choisis, incultes et en inadéquation avec notre mode de vie.
Ces loups affamés hurlant à la mort ne savent pas qu'ils militent pour la sélection de ceux qui devront mourir ou pas. Englobent-ils les enfants handicapés mentaux ? Militent-ils pour leur mise à mort ? Doit-on s'inquiéter d'ors et déjà pour le bien-être de ces enfants ?
Que ces chacals se rassurent, les foetus des enfants à naître sont "testés" afin de savoir s'ils seront de futurs trisomiques, personnes qui ont prouvé qu'elles étaient plus civilisées et plus évoluées qu'eux... 
 
Le gouvernement voit sa démarche comme "progressiste" mais elle est plutôt rétrograde : au Moyen-âge, on tuait déjà les faibles ou "improductifs"...

La France, pays des droits de l'Homme, est scrutée par le monde entier et nombre de pays doivent être rassurés de savoir que l'on réfléchit (encore) dans ce pays pour ne pas achever les faibles.
Des rémissions arrivent tous les jours aux quatre coins de la planète, y compris en France (Lire : Sida: Le premier cas mondial de rémission du VIH observé sur une jeune française). 
Comment ne pas citer ce génie handicapé qui continue à briller malgré une condamnation programmée ? (Lire : Comment Stephen Hawking a-t-il survécu à une maladie qui aurait dû le tuer il y a plus de quarante ans ?).
Peut-on ignorer ce réveil progressif après 19 ans de coma ? (Lire : EN JUILLET 2003, Terry Wallis, un Américain de 39 ans retrouve l'usage de la parole, après avoir passé près de dix-neuf ans en coma végétatif dans un centre de rééducation de l'Arkansas).

Pourquoi n'envoie-t-on pas Vincent Lambert dans un autre pays pour un autre diagnostic ou tout simplement un autre CHU ? Qu'y-aurait-il à découvrir ? Ce patient était un candidat idéal pour l'euthanasie, le droit à mourir dans la dignité : il serait mort de faim et de soif, perclus d'escarres qui auraient nécrosé avec le temps... On aurait pu le piquer aussi comme un chien qui aurait la rage... C'est "bô" l'humanité...

Quel est donc ce pays qui ne fait pas confiance à l'avenir, la science et/ou la technologie ni en le pouvoir de survivre et de guérir de l'être humain ?
De toute façon, un gouvernement qui pense à tuer ses compatriotes, même avec des "précautions", ne croit plus en rien. Le message envoyé aux populations est morbide alors qu'elles ont besoin d'espoir dans un monde et un pays surpeuplés où les gens s'entretuent pour un mauvais regard, la France n'étant que le reflet de l'âme de ses dirigeants, s'ils en ont encore une...

24/07/2015

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...