Translate

Dernières actus
Chargement...
13 février 2015

Imprimer/Print Friendly and PDF
Six hommes originaires de Tchétchénie, dont quatre réfugiés politiques en France (NDLR, qui décide d'accueillir ces "réfugiés politiques" ? Soyez bons...), ont été mis en examen à Paris et écroués jeudi soir dans une enquête sur une filière d'envoi de jihadistes en Syrie, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.
Agés de 32 à 38 ans, ils avaient tous été arrêtés à Albi et dans la banlieue de Toulouse dimanche, lors d'une opération de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).
Quatre d'entre eux sont nés à Grozny. Parmi les six, l'un est franco-russe, un autre avait obtenu la nationalité française en 2009 et les quatre derniers disposaient d'un statut de réfugié politique en France, a précisé à l'AFP la source judiciaire.
Ils ont tous été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et financement du terrorisme, et ont été placés en détention provisoire.

Concrètement, ils sont soupçonnés d'avoir participé à une filière d'acheminement de candidats vers des groupes jihadistes en Syrie et de collecte de fonds pour l'envoi d'aide financière ou logistique. Certains sont soupçonnés de s'être déjà rendus sur place.
L'un des suspects apparaît comme étant à la tête de la filière, selon la source judiciaire.
Le parquet antiterroriste avait ouvert l'enquête en janvier 2014 avant de la confier à des juges d'instruction en août.
Les départs de jihadistes vers des zones de combats en Irak ou en Syrie et la question de leur retour en France et de leur surveillance est le principal sujet d'inquiétude des services antiterroristes. A lire sur  >>>Le Point 


Sur le sujet :
Comment l'Etat Islamique envoie des djihadistes en Europe 


Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...