Translate

Dernières actus
Chargement...
24 octobre 2014

Imprimer/Print Friendly and PDF
Roubaix (département du Nord, en région Nord-Pas-de-Calais)
Une étudiante de 18 ans s’apprêtait à descendre dans une bouche de métro à Croix, près de Roubaix, quand elle s’est fait agresser par trois filles de son âge particulièrement violentes. Ses parents dénoncent la lâcheté de ceux qui ont vu leur fille se faire tabasser sans rien faire.
Les faits remontent au 2 octobre. Ce matin-là comme tous les matins de la semaine, Louise (1) quitte le domicile de ses parents, à deux pas de la mairie de Croix, pour rejoindre l’université catholique de Lille où elle suit des études d’économie. Il est 7 h 15, le jour se lève.
Au moment de descendre dans la station de métro Croix-Mairie, son chemin croise celui de trois filles de son âge. Là, tout dérape. « Elles m’ont dit : Maintenant tu donnes tout ce que tu as », se souvient Louise. L’étudiante, qui ne connaît pas ses agresseurs, refuse de s’exécuter et se défend. Mais le rapport de force est déséquilibré. Elle se fait arracher les cheveux, reçoit des coups de pied et de poings sur le corps et la tête, tombe. Sa lèvre inférieure finit par éclater.
Louise parvient malgré tout à récupérer son sac où dorment ses cours et s’en sort avec un téléphone volé. Le préjudice physique et moral est plus grave : quatre points de suture à la lèvre, un poignet amoché, des douleurs sur tout le corps et la peur panique de reprendre le métro seule. Le médecin de l’hôpital de Roubaix qui l’examine délivre un certificat d’incapacité totale de travail (ITT) de deux jours.

Forcément vue OU entendue >>> Lire la suite

Sur le sujet : Agression sexuelle : il défend sa collègue et se retrouve… au tribunal


Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...