Translate

Dernières actus
Chargement...
14 octobre 2014

Imprimer/Print Friendly and PDF

14 octobre 2014 Alors que la ville kurde syrienne de Kobané tente de repousser un assaut de l'État islamique, une femme sort de l'ombre : Nirine Afrine, combattante kurde à la tête de la bataille de Kobané, est en passe de devenir une icône.
 
"Chères Nations unies, envoyez-nous s'il vous plaît de l'aide humanitaire et surtout des armes anti-chars tout de suite". Le message lu dans une vidéo postée sur internet est dit par une voix de femme. Et pas n'importe laquelle. Il s'agit de Mayssa Abdo, alias "Nirine Afrine", à la tête de la résistance kurde à Kobané. 
Elle dirige les combattants kurdes dans leur bataille contre les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) qui menacent de prendre la ville syrienne kurde de Kobané, frontalière de la Turquie, selon une ONG et des militants. "Mayssa Abdo est aux commandes des YPG à Kobané aux côtés de Mahmoud Barkhodan", a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, en référence aux Unités de protection du peuple, qui résistent depuis le 16 septembre à la grande offensive de l'EI sur Kobané. 
"Cultivée, intelligente, flegmatique"
Comme il est d'usage pour les combattants kurdes, Mayssa porte un pseudonyme, en l'occurrence celui de sa région natale d'Afrine, un bastion kurde situé comme Kobané dans la province septentrionale d'Alep. "Ceux qui la connaissent disent qu'elle est cultivée, intelligente et flegmatique. Elle est soucieuse du mental des combattants et s'intéresse de près à leurs problèmes", affirme de son côté Mustefa Ebdi, un militant kurde originaire de Kobané. A 40 ans, Mayssa Abdo mène la bataille aux côtés de Mahmoud Barkhodan (Mahmoud le "résistant", en kurde).
"Elle est comme une lionne quand elle dirige  les combattants sur le champ de bataille", indique Gelo Isa, un responsable du principal parti kurde syrien au micro de Patrick Fandio.  

La présence de femmes parmi les forces kurdes n'est pas un phénomène nouveau. Les rebelles du PKK, qui ont pris les armes en Turquie en 1984 pour créer un Etat kurde indépendant avant d'entamer des négociations de paix avec Ankara il y a deux ans, comptent de longue date des femmes dans leurs rangs.Ses combattantes ont connu une notoriété mondiale dans les années 1990, notamment en menant des opérations suicide. (...)
Lire l'intégralité de l'article sur le site de TF1

Sur le sujet :
Des combattantes kurdes envoient des jihadistes de l'État islamique en enfer
 Être tué par une femme serait la pire crainte des jihadistes de l'Etat islamique ! Or, dans le nord de l'Irak, ce risque est bien réel… Beaucoup de femmes kurdes combattent sur les lignes de front, et tuent des terroristes du Califat.
Femmes et enfants yazidis, butin de guerre aux combattants de l'EI

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...