Translate

Dernières actus
Chargement...
26 juillet 2014

Imprimer/Print Friendly and PDF
Photo Reuters
26/07/2017, Selon l'International Business Times, des 116 ou118 personnes à bord du vol Air Algerie AH5017 qui s'est écrasé dans le nord du Mali, au moins 33 militaires français dont trois Hauts fonctionnaires du service de Renseignement français et un dirigeant du Hezbollah libanais étaient présents.
Alors que les autorités algériennes ont affirmé que la véritable cause de l'accident ne puisse être établie qu'après une enquête approfondie, elles n'ont pas exclu un attentat terroriste non plus.
Le nombre exact de personnes présentes dans l'avion, un McDonnell Douglas-83, est encore incertain - 116 ou 118. Mais le quotidien local Echorouk, citant des sources*, déclare qu'il y avait des soldats Français à bord. 

*Le quotidien Echorouk affirme que la région dans laquelle l'avion s'est écrasé n'est pas loin de l'emplacement du bataillon "Tawhid et Jihad en Afrique de l'Ouest", qui détient un puissant arsenal de missiles passés en contrebande depuis la Libye.
Il y avait au moins 19 passagers libanais et certains d'entre eux ont la double nationalité, y compris une figure le Hezbollah principale présumée, déguisée en homme d'affaires.
Une équipe d'experts libanais est également en route vers le Mali pour aider l'enquête en cours.
Des militants du mouvement pour l'unité et du Jihad en Afrique de l'Ouest (MOJWA) dont la tenue s'inspire d'al-Qaïda, connus localement comme le Tawhid et djihad en Afrique de l'Ouest, seraient stationnés près du lieu de l'accident, non loin de leur fief. Ils détiendraient un arsenal de missiles sortis clandestinement de Libye.
Toutefois, les experts ont exclu fermement toute attaque au sol-air qui a fait tomber l'avion.
Mais la spéculation sur un incident criminel lié aux explosifs à l'intérieur du vol Burkina Faso-Alger a également fait surface. (...)


Jusqu'à présent, les experts avancent la théorie des conditions météorologiques défavorables ou des incidents techniques pour expliquer la cause de l'accident.
Le ministre des Transports algérien Amar Ghoul a déclaré aux journalistes: "l'enquête est toujours en cours. Nous avons besoin de temps mais il ne faut écarter aucune hypothèse (...).
Nous devons traiter les informations avec soin et ne pas croire les rumeurs jusqu'à ce que les enquêteurs finissent leur travail. »(...)
Extraits de l'article de l'International Business Times

Sur le sujet :
Il est prématuré d'établir une hypothèse sur le crash, a jugé Rémi Jouty, directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), dont deux enquêteurs sont arrivés aujourd'hui sur le site de la catastrophe. "A ce stade, je n'ai aucun retour sur les constatations et il est donc trop tôt pour faire la moindre hypothèse", a déclaré à l'AFP Rémi Jouty. Toutes les pistes restent envisagées, a-t-il ajouté, alors que le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait la veille cité les conditions météorologiques comme "l'hypothèse la plus probable" pour expliquer le crash.

"D'une façon générale, les conditions météo à elles seules ne peuvent pas être une explication ou un cause d'accident quel qu'il soit. (...) Ce qu'il faudra regarder, c'est la manière dont l'équipage à réagi en fonction des conditions météo qu'il connaissait ou qu'il rencontrait", a expliqué le directeur du BEA. "L'examen de l'épave consistera aussi à regarder s'il y a ou pas des indices de destruction par explosif. (...) Cela fait partie des choses que les enquêteurs sur place vont regarder, évidemment". Selon lui, les deux boîtes noires de l'appareil "devraient être rapatriées vers la France" pour y être analysées, les autorités maliennes ayant "exprimé le souhait que les moyens techniques français du BEA soient utilisés pour (les) lire". Le Figaro
Drapeaux en berne à compter de lundi en signe de deuil national 


Mis à jour le 26/07/2014

Vol d'air Algérie : Liste nominative des passagers du vol AH5017, tombé au nord Mali

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...