Translate

Dernières actus
Chargement...
24 août 2013

Imprimer/Print Friendly and PDF
En vue des élections  de 2014 ?
Article "préventif". Mes déboires avec Twitter ont commencé en même temps que la nomination d'Olivier Gonzales, le 22 août dernier, sorti d'on ne sait où et nommé par qui et sous quelles pressions ?

Pour élément de comparaison, "Facebook avait nommé en avril à la tête de sa filiale française Laurent Solly, ancien directeur général de la régie publicitaire de TF1 qui avait été en 2007 directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy."
Vous voyez sûrement où je veux en venir ? Qu'Olivier Gonzalez ait été nommé par l'UMP ou le PS ou de la gauche en général, le résultat serait le même, chacun des partis tenant à faire garder leurs postes à leurs élus.

J'utilise Twitter depuis novembre 2008 sans réel problème, -jusqu'à aujourd'hui-, je respecte les règles mais je suis un fervent défenseur de la liberté d'expression même celle de mes adversaires politiques avec lesquels je préfère débattre. Lorsque je rencontre un problème, je m'adresse directement à @twitter, le fondateur américain (et leur écris en Anglais, c'est plus facile pour eux). Voici leur adresse au cas où : Twitter, Inc. 1355 Market St, Suite 900 San Francisco, CA 94103. Aux USA, la liberté d'expression fait partie du 1er amendement de la constitution, ce qui ne risque pas d'arriver en France puisque des hordes d'associations sont payées à interdire certains mots.

Je ne peux poster que par intermittence -la durée est variable- avec le même message : "internal server error" agrandi sur la capture d'écran pour "fêter" l'événement...



Mes problèmes sont d'ordre technique, mon adresse IP étant connue de Twitter, il leur est donc facile de bloquer l'accès au réseau social sans suspendre mon compte, il ne prendrait pas le risque de choquer la sphère des twittos par une suspension abusive.  

Etant donné la censure qui sévit en France, avec des politiques ayant pour seul but de se faire réélire, et un gouvernement socialiste au plus mal, surveillant chaque mot et préférant commenter des phrases à un projet clair pour la France, il vaudra donc mieux se méfier de @TwitterFrance et de ce nouveau directeur promu soi-disant à des fins commerciales. A l'aune des élections de 2014, municipales et européennes qui devraient être déterminantes pour l'avenir de la France, voilà une nomination qui tombe à pic.
Je pense avoir raison de me méfier de cette nomination car j'avais connu des déboires après une émission de Ruquier : Après ONPC, Twitter m'avait bloquée sous prétexte de limite de Tweets, la limite de tweets n'était pas atteinte, d'où la censure à la tête du client...
Il serait intéressant de faire une enquête sur les modérateurs de @TwitterFrance comme je l'ai fait pour Facebook sur sa censure appliquée au gré de l'humeur ou de la personnalité du modérateur.
Je suis suivie par @MLP_officiel, @louis_aliot @GilbertCollard qui ne doivent pas être déçus de mes sorties le plus souvent teintées d'humour oui d'ironie, chacun son style. Il est donc évident que je vote Front National Rassemblement Bleu Marine (RBM) et avec joie.

Twitter va servir le gouvernement français, rappelant les régimes chinois, nord-coréen et du Moyen-Orient. Mais que pouvions attendre de plus d'un gouvernement socialiste qui flique chaque mot, à part les siens ? Quand un gouvernement en arrive à cette extrémité, c'est qu'il a déjà perdu la bataille...

Précision : un twitto influent n'est pas forcément celui qui a le plus d'abonnés (ou followers) -la quantité ne faisant pas la qualité-, c'est celui qui réagit au bon moment ou qui fait du buzz lors d'émissions ; quand ils sont retweetés plusieurs fois, c'est qu'il fait mouche, il peut plaire mais aussi déplaire, c'est le jeu de la politique mais c'est que la parole marque des points...

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...