Translate

Dernières actus
Chargement...
11 novembre 2015

Imprimer/Print Friendly and PDF
NDLR : cette découverte divise la communauté scientifique car elle amène des questions auxquelles elle ne peut pas (encore) répondre, se satisfaisant d'un consensus paresseux... pour le moment...

© DR


Cent cinquante ans après la publication de la théorie évolutionniste de Charles Darwin, la découverte du squelette fossilisé d’un très vieux primate vient compléter notre arbre généalogique. Baptisé Ida, ce « chaînon manquant » a permis d’établir le lien entre les prosimiens — dont descendent les actuels lémuriens — et les hominidés, famille à laquelle l’homme appartient. « Même en rêve, on ne pouvait imaginer qu’un squelette de 47 millions d’années soit si complet », s’extasie Jørn Hurum, paléontologue au musée d’Oslo, à l’origine de cette trouvaille. Achetée plus de 1 million de dollars sur une foire de paléontologie et expertisée dans le plus grand secret depuis 2007, cette jeune femelle fossilisée a en fait été exhumée dans les années 1980, avant d’être coulée dans de la résine et volontairement cachée. Si ce fossile complet à 95 % est aussi remarquablement préservé, c’est parce qu’il a traversé le temps emprisonné sous une couche de boue, sans contact avec l'oxygène et les bactéries, au fond d’un lac, à Messel Pit, en Allemagne. Source

11/11/2015

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...