Translate

Dernières actus
Chargement...
28 janvier 2016

Imprimer/Print Friendly and PDF
FIGAROVOX/ ENTRETIEN - Bernard Cazeneuve a annoncé que les actes antimusulmans avait triplé cette année. Le Collectif contre l'islamophobie en France annonce des chiffres bien plus élevés. Le décryptage d'Isabelle Kersimon.


Isabelle Kersimon est journaliste. Elle est l'auteur de, Islamophobie: la contre-enquête (Plein Jour, 288p, 19€, octobre 2014).


Dans une interview au journal La Croix, Bernard Cazeneuve a annoncé les chiffres des actes antisémites, antimusulmans et antichrétiens pour l'année 2015. Les actes antimusulmans ont plus que triplé et s'établissent à «environ 400». Pourtant, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) évoque des chiffres bien plus élevés concernant les actes «islamophobes». Comment expliquez-vous un tel décalage? Comment ces chiffres sont-ils obtenus?
Isabelle Kersimon: Les chiffres du CCIF ne sont absolument pas fiables: son rôle est d'alimenter le sentiment de persécution des musulmans par les non-musulmans et de faire entériner le concept d'islamophobie pour imposer l'interdit de «diffamer les religions, surtout l'islam», ainsi que de faire abroger les lois de 2004 et 2010 sur le voile «islamique» à l'école et le voile intégral. J'ai étudié l'ensemble de leurs statistiques entre fin 2003 et 2012. Leurs rapports annuels étaient alors disponibles sur leur site, constitués de listes totalement imprécises, avec des doublons et des triplets visiblement comptabilisés pour autant d'actes «islamophobes». J'ai donc fait des recherches poussées sur chaque doléance, en me basant sur les informations fournies par le CCIF et en parvenant le plus souvent à les recouper avec des informations parues dans la presse régionale ou nationale, à partir d'un nom, d'une ville, d'un lieu ou d'une simple date. Au-delà de ce relevé précis qui permettait dans un premier temps d'établir un acte unique pour trois mentions, par exemple, j'ai voulu connaître les suites données: enquêtes de police, puis jugements.
Il faut savoir que le CCIF comptabilisait à l'époque comme «actes islamophobes» des faits aussi divers qu'une question posée à une jeune femme voilée lors d'un entretien à l'ANPE, des règlements de compte crapuleux, des vols relevant du simple droit commun, des propos jugés insultants et, beaucoup plus graves, des expulsions de prédicateurs violemment antisémites et appelant au djihad contre les infidèles et l'Occident, voire en lien avec des entreprises terroristes.



>>> Lire la suite 

article publié le 28/01/2016  

Sur le sujet :


Pudeur pour tous : ce compte Twitter français musulman qui demande aux femmes de se voiler  

 

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...