Translate

Dernières actus
Chargement...
21 mai 2015

Imprimer/Print Friendly and PDF
Les combattants du groupe Etat islamique contrôlent, jeudi 21 mai, la totalité de la ville antique de Palmyre, dans le désert syrien. D'après les dernières images publiées par les médias du groupe jihadiste et par la télévision syrienne, les derniers soldats syriens se sont retirés des lieux. Un verrou stratégique vers les villes syriennes de Homs et Damas est désormais entre les mains de l'EI.


Une partie des habitants s'est déplacée vers Homs

Huit jours de combats ont suffi aux jihadistes pour revendiquer la victoire. Les troupes syriennes ont quitté toutes leurs positions dans et à la périphérie de Palmyre, notamment les renseignements militaires, l'aéroport militaire et la prison, selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Une partie des habitants s'est déplacée vers la ville de Homs. L'agence syrienne Sana évoque, elle, l'évacuation de la plupart des civils.
"Malheureusement, Tadmor [nom arabe de Palmyre] est tombée aux mains du groupe terroriste Etat islamique. Il s'agit d'une perte pour toute l'humanité, la civilisation mondiale face à la barbarie", a déclaré le directeur des Antiquités syriennes, qui a lancé un appel au monde. La directrice générale de l'Unesco a lancé le même appel depuis Paris. francetvinfo.fr

 Prise de Palmyre par l'État islamique : pourquoi une telle inaction de la coalition? 

FIGAROVOX/TRIBUNE - L'État islamique s'est entièrement emparé de Palmyre ce jeudi. Hadrien Desuin, dénonce l'inaction de la coalition qui préfère sacrifier la cité antique plutôt que d'apporter son concours à Bachar al-Assad.

Ancien élève de l'École spéciale militaire de St-Cyr puis de l'École des officiers de la Gendarmerie nationale, Hadrien Desuin est titulaire d'un master II en relations internationales et stratégie sur la question des Chrétiens d'Orient, de leurs diasporas et la géopolitique de l'Égypte, réalisé au Centre d'Études et de Documentation Économique Juridique et social (CNRS/MAE) au Caire en 2005. Il a dirigé le site Les Conversations françaises de 2010 à 2012. Aujourd'hui il collabore à Causeur et Conflits où il suit l'actualité de la diplomatie française dans le monde.

Le 13 mai, l'offensive de l'État islamique débutait à Palmyre, carrefour névralgique du désert syrien et vestige antique d'une civilisation bel et bien disparue. Deux grosses larmes de crocodiles ont coulé sur les joues de Laurent Fabius et François Hollande. Une semaine plus tard, une contre-offensive djihadiste fait reculer l'armée syrienne fidèle à Bachar Al-Assad. Laquelle doit céder à nouveau le nord de la ville après l'avoir repris quelques heures. Les combats continuent (ndlr : pour quel résultat ? peu probant, la preuve... ), pourtant la coalition anti-Daesh emmenée par les occidentaux détourne pudiquement le regard.(...)

Cette indignation stérile s'explique aisément: la bataille de Palmyre remet en cause le dogme de l'alliance tacite entre Bachar et l'EI.(...)

Parce qu'on préfère sacrifier un pan entier de notre civilisation plutôt que de donner une victoire à Bachar, rien ne sera fait pour sauver Palmyre. (...)

 >>>A lire sur le site Le Figaro 

Sur le sujet :  

Syrie - Palmyre : défaite d'une civilisation

 


Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...