Translate

Dernières actus
Chargement...
13 janvier 2014

Imprimer/Print Friendly and PDF
Illustration
"On" dit que François Hollande ne manque pas d'intelligence mais elle semble parasitée lorsqu'il se laisse envahir par des sujets médiatiques qui vont à l'encontre des intérêts des Français. Les grands chefs d'état ne se commettent pas dans les fourberies, les coups politiciens, parlent à tous et ils évitent de souffler sur les braises. François Hollande ne remplit pas tous ces critères...

François Hollande, resté premier secrétaire du Parti Socialiste depuis le début son mandat, désolait les médias (amis puisqu'ils ont voté à 74 % pour lui) pour le flou de son cap, de sa vision pour la France. Le bon copain, le blagueur et comique troupier montre ses limites mais il est vrai qu'il est plus facile de faire rire que gérer un pays de près de 66 millions d'âmes..

Selon les mêmes médias amis, peu importe le vide des idées et les blagues niveau zéro, il suffit d'avoir une bonne communication -à la Sarkozy- pour rythmer la vie des Français.
Peu importe si les « idées » sont en parfait décalage avec les préoccupations des Français, il faut COMMUNIQUER... n'importe quoi mais il faut donner des os à ronger à la populace, fussent-ils putrides..., meubler le vide d'un président élu par défaut.

Le résultat des drames médiatico-politiques qui ont ponctué la vie des Français était donc inéluctable.

Les associations, de vraies commères médiatiques
Une « bonne com' » ne suffit pas aux défis d'une France à la traîne gouvernée, sous le coup de l'émotion, par des associations communautaristes puissantes chargées de régler des comptes envers quiconque aurait une parole de travers. Les propos « qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire » n'étant jamais sanctionnés à gauche est un principe « humaniste » à géométrie variable, dont la justice a même fait sien, qui commence à lasser les Français...

Retour à l'envoyeur
La France est aux mains de minorités subventionnées par une majorité de Français qui attend toujours le retour d'ascenseur ; à chaque fois que la gauche, qui se croit toujours dans les années 80, tente un « coup » sociétal, il lui revient dans la figure illico.
Cette majorité de Français silencieux -et respectueux- fait de la résistance comme jamais. Elle estime qu'elle a assez donné, sans être jamais être reconnue ou remerciée pour ses efforts, sa tolérance. Le digne abnégation dont elle faisait preuve est à sens unique et elle n'en peut plus de donner sans recevoir à son tour.
Pour exemple, François Hollande et Nicolas Sarkozy « oubliaient » de souhaiter un joyeux Noël à ceux qu'ils pensaient être capables d'avaler n'importe quelle couleuvre mais ne manquaient jamais une fête (ou un dîner)-et en langue étrangère- des puissantes minorités...

Ces -sages- Français sont capables de renverser, par le boycott, un pouvoir politico-médiatique dont émergent parfois des « people » se croyant à l'abri de toute impunité. Boycott qui commence à porter ses fruits : chutes d'audiences radio et télévision, arrêt d'émissions, désertion des cinémas, ventes en berne des livres à pensée de gauche...
Les Français se ferment à toute parole venant de ces personnes, se pensant encore élites, se relayant au pouvoir depuis tant, trop d'années avec les mêmes discours envoyant dans le mur une France déchirée par les haines orchestrées, les empêchant de se concentrer sur leur avenir.

Dans ces choix honteux de « com' », sont oubliés corruption, évasion fiscale, délits d'initiés et favoritisme toujours impunis grâce (sic) à la curieuse lenteur de la justice mais les Français retiennent qu'il vaut mieux peut-être mieux voter pour quelqu'un qui a été condamné pour des propos -par une justice plus rapide...- que pour des personnes qui se représentent, sans vergogne, déjà condamnées pour des faits autrement plus répréhensibles que des mots malheureux.
Il n'est donc pas nécessaire de revenir sur les choix honteux de communication d'un gouvernement à la dérive bien que l'on puisse noter que l'affaire Gayet-Hollande tombe à point alors que le pays allait sombrer définitivement dans la folie avec l'affaire Dieudonné...
Jamais la France n'était tombée aussi bas, aussi proche du totalitarisme dans sa violence et son insulte à l'intelligence et atteintes aux libertés individuelles.

Un timing hollandiste à la Sarkozy
Si l'on compare les débuts de mandats des présidents François Hollande et Nicolas Sarkozy, l'on remarque qu'ils ont le même tempo, Nicolas Sarkozy n'avait pas manqué de nous faire suivre le feuilleton de son divorce et de son conte de fées avec Carla Bruni.

Mais peut-on encore parler de présidents ?
Non, de gouverneurs, seulement, d'une province de l'Union européenne aussi folle que la France et laissant tant de salariés sur le carreau.
Le plus dangereux est sans doute d'ajouter des sujets sociétaux se transformant en maux à des maladies récurrentes dont les remèdes n'ont jamais été véritablement cherchés par des protagonistes plus occupés à régler leurs comptes que les problèmes des Français...
La croissance ne se décrétant pas, elle ne doit pas être espérée en fonction des autres pays. Cette attitude à attendre que les autres fassent mieux pour en bénéficier révèle une paresse que les milieux « autorisés » ne s'autorisent jamais à dénoncer...

La croissance ne se fera pas en France tant que les haines et la paresse au plus haut sommet de l'Etat prendront le pas sur l'intérêt des Français. Les (pseudo) valeurs humanistes claniques et les sujets sociétaux non prioritaires -afin de meubler le vide d'idées- ne feront qu'aggraver l'enlisement de la France.

Alors que pour redonner de l'espoir aux Français dans un pays au bord de la crise de nerfs, une seule phrase peut suffire pour que la France se remette à penser sereinement à un véritable avenir : « Unis, les Français sont invincibles ».

Plus : Marine Le Pen alerte les Français : "Nos libertés sont en péril !"

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...