Translate

Dernières actus
Chargement...
13 août 2014

Imprimer/Print Friendly and PDF
Le continent africain

L'UNICEF est dans son rôle en alertant : « Un enfant sur onze meurt avant d'avoir atteint l'âge de cinq ans. », l'organisation vient conforter cet article du 25 janvier 2014 : Pourquoi l'immigration ne peut pas diminuer la pauvreté dans le monde (vidéo)
Un quart de la population mondiale vivra en Afrique d'ici à 2050, a annoncé l'Unicef, alors que les taux de natalité continuent d'y augmenter rapidement. "Sur la base des tendances actuelles, d'ici 35 ans, 25 personnes sur 100 seront des Africains", selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance présenté à Johannesburg. À cette date, 40 % des enfants de moins de cinq ans dans le monde vivront sur le continent. (..)
Le Nigeria, première puissance économique du continent, représentera à lui seul 10 % des naissances dans le monde d'ici à 2050. La population africaine, qui compte actuellement 1,2 milliard d'habitants, doublera d'ici le milieu du siècle et atteindra 4,2 milliards d'ici à 2100, selon l'Unicef.
Cette croissance démographique entraînera une surpopulation encore plus forte, et d'ici la fin des années 2030, la plupart des Africains vivront dans des villes. L'un des enjeux des années qui viennent est le sort des enfants, qui luttent toujours pour survivre : plus de la moitié des enfants qui meurent à travers le monde sont africains. Un enfant sur onze meurt avant d'avoir atteint l'âge de cinq ans. Trois mineurs africains sur dix vivent dans "des contextes fragiles et affectés par des conflits", a souligné l'Unicef, appelant les gouvernements à investir davantage en faveur des enfants. Le Point

Les études et articles étant toujours incomplets, le moment des questions qui fâchent et de se projeter concrètement dans l'avenir est venu :

Comment nourrira-t-on ces populations et ces enfants et qui le fera, surtout ? 

Comment est-il possible de laisser naître des enfants pour les voir mourir ensuite ?

Quelles décisions vont-elles être prises par les dirigeants africains ? 

Vont-ils compter (encore) sur la communauté internationale devenue vache à lait pour les approvisionner ? Vont-ils inciter leurs populations à émigrer vers les pays dits industrialisés sans concrétiser un seul projet de développement sur leur propre territoire ?

Ces dirigeants, habitués aux compromissions et « dons » divers et variés, souvent corrompus, vont-ils continuer à se pavaner sans se soucier de donner un véritable avenir à leurs enfants (êtres interchangeables par d'autres probablement, étant donné l'explosion de la démographie)?

La véritable humanité n'aurait-elle donc aucun sens ? 

L'Homme serait-il de nature suicidaire pour ne pas penser à l'avenir de la planète ? 

Nos « experts », se sont-ils demandé quel seuil de population la planète pouvait accepter ? (si quelqu'un a la réponse...).  Plus de population implique nécessairement plus de mondialisation et, par ricochet, plus de pollution. 
La nature, prévenant déjà de sa saturation par les changements climatiques, devrait se rendre justice elle-même en se chargeant des irresponsables qui ne cherchent même pas à anticiper l'avenir...

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...